Quand l’épigénétique s’invite dans les salles de sport

Avant tout, expliquons ce qu'est l'ÉPIGÉNÉTIQUE?

L’épigénétique désigne l’ensemble des mécanismes impliqués dans la régulation de l’expression des gènes.

Cette régulation, remarquable par son extrême plasticité, varie de façon adaptée selon les moments, le type cellulaire et en réponse à différents stimuli.

Les modifications post-traductionnelles (acétylation ou méthylation essentiellement) des histones de la chromatine représentent un des principaux mécanismes de ces phénomènes, assurant un permanent va et vient sur l’ensemble des gènes, entre une euchromatine ouverte, active et une hétérochromatine fermée, inactive.

Présentation des principales étapes de la synthèse des protéines.

Présenté par Patricia Lemarchand, médecin et enseignant-chercheur, à la faculté de médecine de l’Université de Nantes et au CHU de Nantes. Film réalisé par Loïc Le Gac. Coproduction Université de Nantes/Inserm/Thinkovery 2015.

Voici une vue d'ensemble des mécanismes cités au dessus.

Est ce que l'activité physique a un IMPACT sur l'expression de nos GÈNES?

Un travail passionnant a étudié les modifications de l’épigénome des cellules adipeuses faisant suite à une activité physique régulière.

C’est le niveau de méthylation de l’ensemble de l’ADN du tissu adipeux qui a été ici analysé, au moyen d’une puce à ADN sophistiquée capable de quantifier, grâce à près de 500 000 microsondes, la méthylation de la quasi-totalité des gènes d’intérêt de ce tissu.

L’étude a enrôlé 23 sujets sains non sportifs, analysés avant et après six mois d’une activité physique régulière (à raison de 2 séances par semaine). Les sujets avaient une quarantaine d’années et la moitié présentaient des antécédents familiaux de diabète.

L’intervention physique améliore de façon prévisible de nombreux paramètres classiques du risque cardiovasculaire, tels que le rapport taille-hanches, la pression artérielle et la fréquence cardiaque.

L’activité sportive modifie surtout en parallèle, et de façon significative (p < 0,05), le niveau global de méthylation de l’ADN sur près de 18 000 résidus CpG, répartis sur plus de 7 000 gènes. Une analyse transcriptomique de ces gènes a ensuite été réalisée, montrant sur un tiers des ARN étudiés une modulation significative du niveau d’expression.

La majorité des gènes concernés ont un niveau de méthylation augmenté, avec une expression diminuée.

Parmi ces gènes ont été identifiés deux répresseurs transcriptionnels, HDAC4 et NCOR2, dont l’activité réprimée au niveau des adipocytes pourrait être bénéfique quant à la survenue d’une obésité ou d’un diabète.

Un autre gène, RALBP1, présente également une expression diminuée en réponse à l’exercice physique, ce qui pourrait là encore être bénéfique puisque RALBP1 est impliqué dans la survenue du syndrome cardiométabolique. Une quarantaine d’autres gènes candidats impliqués dans le diabète et/ou l’obésité voient leur niveau de méthylation modifié suite à la pratique régulière d’une activité physique.

T Rönn, P Volkov, C Davegårdh, et al.

PLoS Genet 2013;9(6):e1003572.

RFL - Revue francophone des laboratoires Vol 43, N° 455 - septembre-octobre 2013 p. 25

LEXIQUE

Le gène

Le gène est un segment d'ADN qui conditionne la synthèse d'une ou de plusieurs protéines. C’est lui qui, de ce fait, est responsable de la manifestation et de la transmission des caractères héréditaires déterminés. Il se peut qu’un gène demeure silencieux, c’est-à-dire qu’il ne soit pas exprimé, selon des mécanismes de régulation épigénétiques.

L’épigénétique

L’épigénétique est l’ensemble des mécanismes de régulation des gènes de notre patrimoine génétique. Des mécanismes qui sont fortement influencés par notre environnement, au sens large du terme.

La méthylation

La méthylation est l’un des processus chimiques de l’épigénétique les plus connus, pouvant modifier l’expression des gènes. Ce type de modification consiste en la fixation de groupes chimiques particules («groupes méthyles») sur l’ADN. L’ADN va alors se compacter de telle sorte que les gènes vont être rendus inactifs. Car plus l’ADN est compact, moins les gènes peuvent s’exprimer.

Les cytosines

Seules les régions de l’ADN riches en cytosine (qui est une des quatre bases, ou lettres, du code génétique) peuvent subir des méthylations, qui sont des mécanismes de régulations épigénétiques.

La chromatine

La chromatine est la structure que prend l’ADN dans le noyau de la cellule. Elle est une association entre l’ADN et des protéines internes au noyau, appelées histones. Selon sa forme, plus ou moins ouverte ou fermée, elle permettra au gène de s’exprimer, ou non.

Les histones

Les histones sont des boules de protéines autour desquels l’ADN s’enroule.

NOUVEAUX POST
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

CONTACTEZ-MOI

MAIL:
POWERTRAINING@OUTLOOK.FR

TELEPHONE:
0664625681 (+33 FR)

Nom *

Téléphone *

Email *

Sujet

Message